Chapelles de Landéda

Chapelle de Brouennou

Coordonnées géographiques :  48°34'51.57"N    4°36'11.45"W
 

chapbrouennouvinman_resize

Antiquité du nom "Brouennou"

(C- Albert Deshayes - Dictionnaire topographique du Finistère - édition 2003) :

Bronnou-1455

Broenou- 1491 

Broennou- 1627 

Broueznou- 1634 

Brouenou - 1655 

Brouhennou - 1689


Autrefois paroisse puis commune à part entière, Broënnou fut rattachée à Landéda par ordonnance royale de Louis XVIII en1822.

On a pu expliquer le nom "Broennou" par une analogie :

"Le Pardon de Brouënnou a lieu le jeudi de l'Ascension comme celui de Gouesnou. Broënnou ne serait-il pas une contraction de Bro Gouesnou (le pays de Gouesnou)"

(René Georgelin, "Cahier de Landéda n°1")

Le nom vient en fait des herbes aquatiques que l'on y trouvait dans les marais :

" Broennou, pluriel en 'ou' formé sur le breton 'broenn'- jonc-, ….une forme altérée de ''Brogouesnou''- le pays de saint Gouesnou - n'est pas confirmé par les graphiques anciens. "

(B-Tanguy ''Dictionnaire des noms de communes trèves et paroisses du Finistère'' édition 1993-page 102)

  

Quelques dates :

1605
: date qui figure sur une pierre de la cour ("pierre remployée dans le muret du cimetière, à l'Ouest "), date probable de l'édifice actuel.

1608 : date qui figure sur une pierre du mur d'enceinte. 1605-1608 : période probable de construction.

1780 : "le recteur place sa paroisse sous la protection de St Eveltoc et précise que l'église primitive était située à Pen-ar-creac'h, dominant l'aber vers le passage de St Pabu" (source : René GEORGELIN, "Cahier de Landéda n°6")

1788 : (9 août) baptême de la cloche principale, parrainée par le marquis de Kerouartz et et la comtesse de Kerdrel. La cloche prend le nom de sa marraine, "Marie-Louise" (source : LPCF)
Révolution : église détruite par un incendie (source ?)
1833 : Le 20 octobre, le conseil municipal déclare "que la chapelle soit érigée en annexe de l'église paroissiale de Landéda" (source : LPCF
1842 : le cadastre montre une chapelle plus vaste, polygonale, avec porche et chapelle latérale. Un muret l'enclot, ainsi qu'un cimetière et qu'un ossuaire (en ruine en 1859).
1857 : un devis est demandé pour la reconstruction
1850 (environ) : L'église de Brouennou (saint Eveltoc ) passe sous le vocable de Saint-Goueznou
1858 : Le 14 mars, le conseil municipal prend l'engagement de "subvenir, le cas échéant, au moyen de revenus communaux à l'insuffisance des recettes de la chapelle"
1859 : notée "en ruine" (source ?)
1860 : approbation de l'évêché pour une nouvelle chapelle, que nous connaissons aujourd'hui, dédiée à St Gouesnou. Remploi du clocheton, de l'oeil de boeuf et de la fenêtre du pignon est.

 

 

Evolution de la chapelle sur le cadastre :

Noter la présence en continu de la croix juste en face de la chapelle, une constante dans la région.

 

Données historiques disponibles sur cette chapelle :

  • "Vers le Vième siècle, Tavayoc (ou EVELDOC ) venant de Grande-Bretagne s'y établit. Le lieu devait alors être consacré à un culte païen (fontaine, aujourd'hui dans la grêve, pierres phalliques) consacré à ANA la déesse de la fertilité, mère des dieux celtes. La christianisation du site fut marquée par l'édification d'une chapelle et l'homonymie aidant, ANA devint ANNE, [...]d'où CROAS ANES".               ("Landéda mon village", Jacques Michel)

  • [En 1822 :] Brouennou : paroisse, évêché du Léon. Eglise Saint-EveltocIMG_8000_resize
                                   ("Guide des Archives du Finistère" par Jacques CHARPY, directeur des archives 1973)
  • A propos de la chapelle :
    " …en 1650 comme en 1840 " on lui donne pour patron saint Eveltoc ou Eveldoc "
                                   (Bulletin de la société archéologique du Finistere -1904 page 311)

  • "C'est l'ancienne église paroissiale de Brouennou. Edifice de plan rectangulaire moderne avec clocher du XVIIIe siècle.
    Mobilier : statues anciennes de saint Goueznou et de l'Ecce Homo (...)."

    "Dans le cimetière, petite chapelle en ruines, sans doute ancien ossuaire dédié à saint Goueznou."
                                   (R. Couffon & A. Le Bars 1959)

  • "Elle était [l'église] sous le vocable [...] de saint Eveldoc, mais auprès dans le cimetière se trouvait une petite chapelle de 6 mètres de long, probablement un ancien ossuaire, qui était en ruines en 1859 et dédié à saint Gouesnou.."
                                  (Bulletin Diocésain d'Histoire et d'Archéologie - 1916 page 231)

    Volonté donc d'attacher le nom de saint Gouesnou à tout ou partie de l'édifice, bien qu'en 1902 le chanoine Abgrall ne mentionnait rien de tel dans son "Inventaire des ossuaires et chapelles de cimetières".

  • "Chez nous les premiers ossuaires consistaient en une sorte d'appenti ou de réduit adossé au mur d'enceinte du cimetière..."
                                 (Bulletin Diocésain d'Histoire et d'Archéologie - 1902 page 85)
  • Jacques Michel, en1993 interroge l'archiviste de l'évêché de Quimper, en parlant du saint titulaire de Broennou en 1804, " ….Ce dernier affirme que le patron titulaire est saint-Gouesnou….car saint plus célèbre ce qui permet ainsi de christianiser le lieu…. "
                                 ( "Landéda Mon village", 1997 page 51)

 

Conclusions : 

  1. Saint Eveltoc a donc été remplacé par un saint plus orthodoxe selon les règles de la canonisation catholique.

    " ….Jusqu'à la fin du Xème  siècle, il n'existait pas de ''canonisation ''au sens actuel du terme…., il faut attendre 993… et 1234 pour que le Pape se réserve le droit exclusif de procéder aux canonisations, cette mesure n'étant pas rétroactive, seront donc exclus les saints bretons et autres …"    (Bernard Merdrignac - ''Les premiers Bretons d'Armorique'', édition P.U.R, 2003, pages 93-94

  2. La dédicace de l'église à saint Eveltoc, inconnu par ailleurs, impose un rapprochement avec le port de "Landoguolthoc" ou ermitage de saint Teveltoc, mentionné dans la vie de saint Hervé... Le nom de Brouennou aurait été donc substitué à celui de Landéveltoc.
                        (Bernard TANGUY "Saint Hervé, vie et culte" 1990 - pages 75-77)

 

La chapelle en 1972 (clichés d'Y-P Castel) :

 

La chapelle en 1977 :

en 1977

 

La chapelle en 2007 :

 

L'intérieur de la chapelle :

ange_de_droite
Ensemble de deux anges en pendant
(photos d'Y-P Castel 1972)
Sur leurs piedestaux, relégués aux angles Est du choeur, devaient encadrer le maître-autel.
Bois polychromé.
 
Peuvent faire partie de la même commande que le maître-autel (vestiges), proviennent de l'édifice antérieur.
 
Auteur : atelier régional XVIIIième siècle.
 
ange_de_gauche
 

 

autel_1972
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
Autel
(photos d'Y-P Castel 1972)
L'autel est composé d'un gradin sur lequel un tabernacle est posé
 
tabernacle_et_gradin_autel
(le tabernacle)
 
Atelier régional, XVIIIième siècle.

 

Ensemble de deux hauts-reliefs : anges adorateurs (photos d'Y-P Castel 1972) : 

Sur les piedestaux accolés au maître-autel, bois (chêne) polychromé, proviennent de l'édifice antérieur.
Atelier régional, deuxième moitié du XVII iè siècle.
Semblent provenir d'un retable. Deux angelots, en haut-relief, conservés dans l'église paroissiale sont de facture comparable et doivent sortir du même atelier.
 
 
Deux vues de l'ange de droite :
angedroite_vuefaceangedroite_visage 
 

 

statue_ecce_homo
Statue de l' ECCE HOMO 
 
Bois polychromé (manteau rouge, couronne verte), datant de l'édifice antérieur.
 
Atelier régional, XVII iè siècle. Oeuvre de bonne facture.
Saint_Benoit
Statue de Saint Benoît
 (cliché Y-P Castel, référencé 8/34 A - 1972)
 
Bois polychromé, sculpture en ronde bosse d'applique. Revers évidé laissé sous le coup de l'outil.
 
Dimensions : hauteur 120 cm, largeur : 40 cm
 
Atelier régional, fin du XV ième siècle. Provient de l'ancien édifice.
 
 

 

Ancien presbytère de la chapelle St Eveltoc :

L'ancien presbytère de la chapelle Saint Eveltoc est devenue une ferme, dont Yves-Pascal Castel a pris plusieurs clichés en 1972 .

(entrée cours - pierre remployée 1605 - ancien logis, porte pignon droit sur remise)  logoPDF_35la fiche de l'Inventaire Régional (3.2 Mo)

 

L'édifice date de la fin du XVI ième siècle ou du début du XVII ième (1608 ?), se rapprochant, par sa structure à étage habitable, de la ferme de Keradraon (commune de Landéda ).
De nos jours, la ferme a été restaurée en une habitation privée, et les décorations intérieures ont été recouvertes.
vueanterieuresud1972 Vue antérieure sud
vuegeneralesudouest Vue vers le sud-ouest

La cloche de la chapelle :