Fortifications de Landéda

Vauban puis Rommel ont eu le même problème à résoudre : comment défendre la côte contre les attaques anglaises ?

Issus de réflexions stratégiques, les plans de l'un puis de l'autre ont été assez semblables. Vauban avait interdit l'entrée de l'aber Vrac'h grâce au menaçant fort Cézon. L'occupant allemand a quant à lui essayé de fortifier l'ensemble du littoral : c'était le "Mur de l'Atlantique" ("Atlantikwall" en allemand) selon la propagande.

Dans la réalité, même si le nombre de constructions réalisées reste impressionnant, on était encore loin de l'objectif. De plus le nombre, la qualité et l'équipement des troupes sur le littoral laissaient à désirer pour une défense réellement efficace.

"[Les Alliés] avaient surestimé de façon ridicule la valeur de nos défenses. Le "mur de l'Atlantique" n'était qu'une illusion, soutenue par la propagande pour tromper les allemands aussi bien que les Alliés".
                                                                             (Général VON RUNDSTEDT, commandant-en-chef des forces allemandes à l'ouest)

Voici l'inventaire détaillé et illustré des fortifications passées et encore visibles à LANDEDA, zone par zone.

Nous allons mettre en place peu à peu cet inventaire, en commençant par la zone "pointe de Penn Enez" :

Les différents ouvrages de la pointe vont tout d'abord être reportés précisément sur une vue satellite de l'endroit.

Ensuite il s'agira de déterminer le type et la fonction de chaque élément, et de l'illustrer.

Enfin, il s'agira d'expliciter la cohérence du dispositif mis en place par l'Occupant pour interdire l'accès au littoral (constructions bétonnées, champs de mines côtiers, etc...)

Vue générale du "Mur de l'Atlantique", et zone "AOK 7" englobant Lannilis et Landéda (source : Rudi ROLF) :

zones Mur Atlantique

Nomenclature :

Les allemands avaient défini des indicatifs par secteur côtier : Morlaix = MO, Brest = B, etc... Tréglonou et Saint-Pabu sont dans le secteur de Saint-Renan (RE).
L
secteur qui nous intéresse avait pour indicatif "AV", il commence à Plouescat (ensemble AV01) pour finir à Landéda par un ensemble "AV91".

À Landéda on trouvera par exemple les groupements défensifs "Enez-vian", codé "AV/35" ou "Penn-Enez", codé "AV/37". On trouvera souvent ces codages peints au pochoir dans les bunkers.

Dans l'inventaire de notre site, on attribuera un numéro unique à chaque ouvrage pour éviter toute confusion.

Remerciements à nos spécialistes, qui fournissent la matière à cet inventaire et prennent le temps de le relire et le corriger. Il s'agit de Fabrice MIRY, Pierre SCHWARZ et Etienne MORIN.