Chapelles de Landéda

Chapelle Saint Jean (ruinée)

panneauSTOP

 

Emplacement de la chapelle : cliquer ici pour l'afficher dans Google Earth Coordonnées géographiques : 48°34'28.96"N 4°36'3.75"O


pdf_35la fiche de l'Inventaire Régional (1 Mo)

 

Données historiques disponibles sur cette chapelleIMG_0174_resize

  • Sur la carte de Cassini (fin XVIIIè siècle), qui s'est servi de plusieurs cartes pour faire son montage, elle est située en face du passage avec St Pabu (cales opposées sur l'aber Benoît), sous le nom Tanvaéoch
     
  • "Chapelle Saint-Tavayoc :Chapelle dépendante autrefois de la paroisse du Broennou, où l'on honorait également SAINT JEAN-BAPTISTE, a été quelquefois appelée chapelle de saint Gouesnou (...)"   (Bulletin de la  Socété Archéologique du Finistère, 1904, pages 311-313)
     
  • "(...)En 1804, le recteur (du Brouennou) dit que le patron de la paroisse  (du Brouennou) est saint Eveldoc,  mais ce ce nom n'est sans doute que la corruption du nom de saint Tavayoc, TITULAIRE d'une chapelle voisine , signalée en 1650 comme dédiée également à SAINT JEAN- BAPTISTE." (Bulletin de la commission diocésaine d'architecture et d'archéologie, 1904, pages 279)
     
  • Aucune mention dans le "Répertoire..." de R. Couffon en 1959. Déjà en ruines et peu connue donc

 

La chapelle sur des cartes anciennes

1697_chevalier_De_Coetlogon_resize milieu18eme_ auteur_inconnu_resize CASSINI-fin_18ieme_resize SHOM1842_St_Jean_cerclee_resize
carte de 1697 milieu du 18ème (auteur inconnu) fin du 18ème (Cassini) carte de 1842

Sur ces cartes, la chapelle est désignée :

  • "St Jean " sur la carte du chevalier De Coetlogon (1697 )
  • "chapelle" sur la carte milieu du 18ème siècle
  • "Tanvaéoch" sur la carte de Cassini (fin du 18ème siècle)
  • "chapelle" sur la carte Beautemps-Beaupré (1838)
  • "chapelle" sur la carte du Service hydrographique (1842)

Carte Beautemps-Beaupré (1838) :
Beautemps-Beaupré

Conclusions

Cette chapelle "Saint Tavayoc" (fillette) semble au moins aussi ancienne que la paroisse mère (Saint Eveltoc). Une hypothèse étant que quand cette chapelle St Tavayoc s'est avérée trop petite, un édifice nouveau, une église paroissiale a été bâtie à Brouennou (St Eveltoc, devenue ensuite St Gouesnou)

La confusion a par le passé été fréquente entre Tavayoc et Eveltoc, a priori l'un étant une corruption de l'autre.

 

Epoque actuelle

En  2007 des ruines subsistent encore sous une épaisse végétation : 1 mur intact, 1 pignon avec fenêtre et un demi-mur où se trouvait l'entrée, face à la fontaine. Le pignon comportant le clocheton est hélas effondré. A ne pas confondre avec l'ancienne chapelle dépendant du manoir des Coum, située en contrebas de celui-ci, au bord de l'aber Benoît, au lieu-dit Tanvaï .Cette dernière, située à 505 mètres, a disparu et une maison d'habitation fut construite à son emplacement.

Il est vraiment dommage que les ruines de cette très ancienne chapelle n'aient été l'objet que de nettoyages sporadiques au cours des années.

Septembre 2007

5 octobre 2007

constat que le lierre a partiellement été enlevé d'un pignon, autour d'une fenêtre encore visible. Selon un voisin, un des murs intérieurs serait encore crépi (à la chaux).

10 octobre 2007

Dans le cadre de leur "Travail d'Utilité Sociale", 6 élèves de l'IREO (Lesneven) nous ont contactés pour savoir si un site connu de notre association pouvait bénéficier de deux jours de nettoyage de leur part. Immédiatement la chapelle St Jean s'est imposée et la collaboration a été très fructueuse pour chacun.

Mickaël BARS, Thomas GOURIOU, Kevin MERRIEN, Camille CHARRETEUR, Angélique LE BOULC'H et Kevin COIC peuvent être fiers de leur travail. Ils sont les premiers à (re)découvrir la chapelle, son intérieur et ses abords.

La végétation retirée du site (lierre, ronces, orties) représentait 6 remorques pleines.

11 octobre 2007

La fontaine a été re-maçonnée à l'époque moderne (vers 1980) afin de pouvoir continuer à bénéficier de l'eau qui en jaillit pour le jardin tout proche. Un drain rouge évacue le trop-plein de la fontaine sous la prairie à l'Est et débouche dans le chemin au-dessus de la cale. Les fûts de croix gisaient au Sud-est de la chapelle selon un riverain, elles furent remployées dans la maçonnerie de la chapelle, ainsi probablement que des pierres de la façade Nord écroulée.

Couverture presse

12.10.2007_Telegramme

15.10.2007_Ouest_France

Datation de la chapelle

"[Il existe] sur la commune de Landéda une stèle marquée aux armes de Du Dresnay, Commandeur (en 1443) de l'ordre des Hospitaliers de Saint Jean de Bazlanan en Plouvien, elle même dépendant de la Commanderie de la Feuillée ? En sachant que le " membre " Saint Jean-Bannazlanda (Balanant), figure dans une charte de 1160, qu' en 1443, le chevalier de Rhodes, Perrot du Dresnay en était le gouverneur, nous laissons à vos réflexions la datation de notre édifice.Notez également, la date du premier relevé du Brouennou dans les registres : 1455"

 (Bernard Le Bec - "Recherche sur la chapelle "saint Jean-Baptiste")

Etat de la chapelle en avril 2010 :

Etat de la chapelle en août 2011 :  (photos J-L Séné)