Les îles de Landéda

Île Cézon

panneauSTOP

 

 

Célèbre et facilement reconnaissable à son fort, bien utile pour entrer dans l'un des chenaux de l'aber Wrac'h.

Coordonnées géographiques :  48°36'26.40"N    4°35'12.77"W
 
 
vue aerienne
 
 
 


L'île faisait autrefois partie du continent mais suite à une montée du niveau des eaux (vers le VI iè siècle de notre ère), elle en fut séparée.

 
Historique succinct
  • 1694 : Vauban fait édifier un fort protégeant les navires réfugiés dans la rade
  • Révolution Française : une garnison occupe le fort
  • Premier Empire : le fort (aidé de la population locale) repousse plusieurs incursions anglaises (source : "Cahier de Landéda" n°7, page 19)
  • Second Empire : conscience accrue de l'intérêt stratégique du lieu en cas de conflit, et de l'intérêt de préparer le fort Cézon à toute éventualité (accueil de troupes et artillerie)
  • 1841 : figure au cadastre
  • 1859 : date qui figure sur une caserne voûtée encore en état (en avril 1979)
  • 1889 : déclassement du fort (loi du 27 mai)
  • 1943 : l'occupant allemand construit un blockhaus accueillant pièce d'artillerie, mitrailleuses, abris pour hommes et munitions.
1957 : achetée aux Domaines par un particulier (Yann Le Nestour)
 
Le rempart :
s'ouvre par une porte qui a comporté un pont-levis, sans autre protection.
 
 
La tour :
fondée en partie sur le rocher qui affleure du côté Est, elle est de plan circulaire. On y accédait par un pont-levis. Un escalier courbe de 12 marches donne accès à la plate-forme d'artillerie, sur laquelle un petit bâtiment moderne a été construit.
CONCLUSION
Bâti par ordre de Vauban pour commander un des hâvres importants de la côte Nord du Léon, et protéger Brest par le Nord, il a été constamment réaménagé dans les siècles suivants, comme en témoigne la date de 1859 sur une caserne, et la présence d'ouvrages allemands construits en 1943.
 
Désormais le fort Cézon est désaffecté. La tour sert néanmoins d'amer pour la navigation.
On ne peut s'empêcher de mettre en relation cette pièce importante du système défensif de l'aber Vrac'h avec les structures d'un camp retranché sur le territoire de la ferme de Troménec.